Karen Elaine Spencer

Biographie

Née à Nelson en Colombie-Britannique, Karen Elaine Spencer vit et travaille à Montréal où elle réside depuis plusieurs années. Elle détient une maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal et un baccalauréat du Nova Scotia College of Art and Design (NSCAD) de Halifax. En reconnaissance de sa contribution, elle a obtenu le prix de la Galerie La Centrale – Powerhouse en 2012.

Ses œuvres ont été présentées au Canada, aux États-Unis et en Europe, notamment lors de Blogueurs en captivité, une collaboration de Dare-Dare et Folie Culture, lors du festival Art in Odd Places à New York, ainsi que dans le contexte du Festival d’art performatif et d’intervention de Moncton. Elle a aussi donné des prestations de créations orales à la bibliothèque de Westmount, au Arts Café de Montréal et à la John Snow House de Calgary. À l’automne 2015, la galerie B-312 de Montréal présentera une exposition individuelle de son travail intitulée letters home / lettres à ma mère.

Son œuvre se déploie aussi dans le contexte de résidences d’artistes, notamment tout récemment au International Studio and Curatorial Program (ISCP) de Brooklyn où elle a tenu le blog hey mike en 2012, ainsi qu’à la New Gallery de Calgary et à Praxis art actuel en 2011. Sa participation au Symposium International d’art contemporain de Baie-Saint-Paul s’inscrit dans cette veine.

© Karen E. Spencer, le devoir, 22 mai 2014. – nous ne reculerons pas, 2015. Photo : Guy L’Heureux.

Démarche
Au moyen d’interventions éphémères, de peintures, de dessins, d’estampes et de créations orales ou textuelles, Karen Spencer explore les relations de pouvoir infiltrant le quotidien d’individus, notamment de personnes marginalisées par leurs conditions sociales. En parallèle, elle soutient une activité de blogueuse liée à ces projets artistiques, s’immisçant dans les réseaux où s’expriment les pouvoirs économique et politique.

Son intérêt pour le texte et la parole relève d’une préoccupation pour l’intelligibilité, pour la traduction d’une réalité en une autre, ainsi que pour les amalgames dans toute forme représentation. Ce parti-pris la force à toujours imaginer et créer des ponts entre les médiums artistiques et les divers moyens de communication.

Projet

À Baie-Saint-Paul, elle effectuera des recherches autour des enjeux opposant souvent la ruralité et l’urbanité, en s’inspirant notamment des unes de journaux locaux, nationaux et internationaux, ainsi que de publications Web et d’affichage sur les médias sociaux. Au moyen d’un blog, d’œuvres plastiques et de publications, elle se penchera sur les politiques actuelles de désinvestissement des gouvernements et leurs conséquences pour ceux et celles qui vivent dans la région de Charlevoix.

Karen Elaine Spencer au 33e Symposium international d'art contemporain de Baie-Saint-Paul.
Karen Elaine Spencer au 33e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.
Karen Elaine Spencer au 33e Symposium international d'art contemporain de Baie-Saint-Paul.
Karen Elaine Spencer au 33e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

05_Karen Elaine Spencer_33e Symposium international d'art contemporain_Photo René Bouchard_BR

Karen Elaine Spencer au 33e Symposium international d'art contemporain de Baie-Saint-Paul.
Karen Elaine Spencer au 33e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.
Karen Elaine Spencer au 33e Symposium international d'art contemporain de Baie-Saint-Paul.
Karen Elaine Spencer au 33e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

Pour en savoir plus :

http://likewritingwithwater.wordpress.com

https://pourraitetrefait.wordpress.com/

© Karen E. Spencer, sittin, 2010 à aujourd’hui . Avec l’aimable permission de l’artiste.
© Karen E. Spencer, sittin, 2010 à aujourd’hui . Avec l’aimable permission de l’artiste.

 

© Karen E. Spencer, international new york times, august 21, clashes erupt, 2014. Photo : Guy L’Heureux.
© Karen E. Spencer, ukraine series, 2014. Photo Guy L’Heureux.
© Karen E. Spencer, ukraine series, 2014. Photo Guy L’Heureux.