Durant la 34e édition du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, les visiteurs étaient invités à participer au concours Coup de cœur du public, présenté par le Casino de Charlevoix.

L’artiste remportant la faveur du public au terme du Symposium se voyait octroyer une bourse de 2 000$ remis par la Collection Loto-Québec. Cette année, c’est l’artiste multidisciplinaire originaire de Québec Samuel Breton qui a remporté la bourse Coup de cœur du public!

Sur La Fabrique culturelle, découvrez une série de capsules vidéo réalisées par Go-Xplore Charlevoix sur les douze artistes ayant participé à l’édition 2016 du Symposium.

THÈME DU 34e SYMPOSIUM INTERNATIONAL D’ART CONTEMPORAIN 

La directrice artistique du Symposium international d’art contemporain Marie Perrault a présenté récemment la thématique de la 34e édition. En voici un aperçu alors que l’appel de dossier pour les artistes s’ouvrira le 14 septembre prochain.

Marie PERRAULT_Portrait 2_Crédit photo Sasha Brunelle_WEB
Marie Perrault, la directrice artistique du Symposium, prépare une 34e édition sur le thème Mobilités. Photo : Sasha Brunelle.

Mobilités

Au cours de l’été 2016, la 34e édition du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul explorera les phénomènes liés à la mobilité, à ses conséquences sociétales et aux imaginaires qui l’animent.

Que l’on bouge soi-même ou non, la mobilité occupe une place importante dans nos vies de tous les jours. Tout au long du XXe siècle, nos sociétés ont été marquées par l’évolution des moyens de transport et de communications, ainsi que par le développement des infrastructures et des réseaux ayant rendu ces changements possibles. L’avènement des nouvelles technologies, la circulation toujours plus rapide de l’information et la communication en réseau contribuent aujourd’hui à un sentiment de mobilité généralisée.

Il s’agira ici de se pencher sur les mouvements de personnes, d’objets et d’information, sur les infrastructures et les réseaux qui en assurent la fluidité, sur les imaginaires motivant cette effervescence. De même, la résistance à cette mobilité constitue une contrepartie qui pourra être explorée. À l’aube de la modernité, les Futuristes italiens étaient fascinés par la vitesse et le mouvement ; alors que s’amorce aujourd’hui une troisième révolution industrielle ancrée dans la fluidité, quel regard les artistes posent-ils sur ce phénomène, ses motivations et ses conséquences ?

Cette édition du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul s’inscrit dans une série traitant des changements liés au développement des technologies et amorcée en 2015 avec Murmures du quotidien.

Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul (MACBSP) est l’organisme désigné qui gère l’évènement nommé Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

Voici, parmi d’autres, des exemples de pistes d’exploration liées aux questions de mobilité :

  1. Les objets en mouvement et la cinématique
  2. Les figures du flâneur, du touriste ou de l’immigrant
  3. Le voyage, l’aventure, le parcours
  4. Les véhicules et les infrastructures ou les systèmes de transport
  5. L’économie, les échanges commerciaux et les mouvements de marchandises
  6. La communication, la circulation d’images ou d’information et les réseaux
  7. Les frontières, les limites et les obstacles
  8. L’abri, le havre et le port d’attache
  9. Ou tout autre préoccupation liée à des questions de mobilité.

34e Symposium_Mobilités

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Sasha Brunelle
Photo : Sasha Brunelle

VISITE COMMENTÉE
AVEC LA DIRECTRICE ARTISTIQUE MARIE PERRAULT
Dimanche 30 août, 15h

Depuis le 31 juillet, les 12 artistes participants au Symposium de Baie-Saint-Paul ont développé leurs projets artistiques tout en échangeant avec les milliers de visiteurs venus découvrir leur pratique. Pour la dernière journée du 33e Symposium, le dimanche 30 août à 15h, la directrice artistique Marie Perrault proposera au public un parcours commenté des douze ateliers d’artistes.

Critique et commissaire, elle a réalisé au cours des 20 dernières années plusieurs expositions en art contemporain et signé de nombreux essais pour des revues spécialisées et des catalogues. Elle s’intéresse à l’impact des technologies sous un angle anthropologique et sociologique, ainsi qu’à différents aspects de l’art public. En parallèle à la direction artistique du Symposium, elle assume depuis avril 2015 la direction générale et artistique du Centre international d’art contemporain (CIAC).

ÉVÉNEMENT DE CLÔTURE
AMPLE MAN DANSE
Dimanche 30 août, 16h

Ample Man Danse

Durant l’après-midi du 30 août, la compagnie de danse contemporaine Ample Man Danse animera le centre-ville de Baie-Saint-Paul en réalisant des performances expréssement conçues pour la rue. Elle présentera en guise d’événement de clôture le spectacle ludique Klima le même jour à 16h au Symposium. Toujours dans l’optique de mettre en valeur les échanges humains, le partage d’idées et la créativité de chacun, la jeune et dynamique troupe de Simon Ampleman et Émilie Demers va facilement à la rencontre du public en traitant de thèmes socio-environnementaux.

LES DÉAMBULATOIRES – ELEPHANT SHOE
Samedi 29 août – 14 h 30

Performance musicale présentée en collaboration avec l’Hôtel Le Germain Charlevoix

Elephant ShoeDans le cadre des Déambulatoires, une série de courtes interventions musicales permettent de découvrir des artistes émergents de la scène musicale! À 10h40 et 12h30 à l’Hôtel Le Germain Charlevoix, à 13h30 sur la rue Saint-Jean-Baptiste et à 14h30 au Symposium.

De leur rencontre à Montréal en 2011 est née une alchimie musicale évidente et c’est tout naturellement que quelques mois plus tard, Julie et Nico forment officiellement Elephant Shoe. Depuis, ils performent lors événements ainsi que dans les rues et le métro de Montréal.

Elephant shoe est un duo aux influences jazzy. Il propose également des chansons francophones et folks. La voix à la fois claire et chaude de Julie s’accorde parfaitement au jeu sensible et subtil de Nico.

FabienDEGLISE (crédit Michaël Monnier) (2)
Fabien Deglise (photo : Michaël Monnier)

PROJECTION DE FILM 
UN 30 MAI ICI-BAS
Vendredi 28 août à 16h30
En présence du réalisateur Fabien Deglise

 

Le 30 mai 2014, le journaliste Fabien Deglise a demandé aux gens, aux quatre coins du Québec, de filmer un 15 à 30 secondes de leur quotidien. L’appel a été entendu, comme en témoigne Un 30 mai ici-bas, premier documentaire participatif québécois qui plonge en 44 minutes dans l’extraordinaire banalité d’une journée sur notre bout de pays et plus loin encore. Que raconte cette oeuvre documentaire atypique? Qu’expose ce tout sur le Nous? Retour sur une aventure narrative au coeur d’une journée pas si ordinaire que ça…

Fabien Deglise est journaliste, chroniqueur et blogueur au quotidien Le Devoir depuis près de 15 ans. Observateur sensible du présent, il ausculte les nombreux paradoxes et transformations sociales, politiques ou culturelles nourries par nos vies numériques. Il a imaginé le premier documentaire participatif réalisé au Québec: Un 30 mai ici-bas.

RENCONTRE AVEC LES ARTISTES
Samedi 8 août – 16 h 30

Symposium Baie St PaulLe public est invité à rencontrer les artistes qui participent au 33e Symposium. À chaque samedi, quatre des douze artistes viendront parler de leur démarche artistique et mettront en lumière leur contribution au symposium. Venez participer à ces riches échanges avec les artistes en intervenant librement.

Cette semaine, pour la dernière rencontre prévue, les artistes Bernard Pourrière (Gardanne, France), Annie Descôteaux (Québec), Karen Elaine Spencer (Montréal) et John Player (Victoria, Colombie-Britannique) entretiendront le public du projet qu’ils réalisent à Baie-Saint-Paul.

LES DÉAMBULATOIRES – ALIOSE
Samedi 22 août – 14 h 30

Performance musicale présentée en collaboration avec l’Hôtel Le Germain Charlevoix

1 Affiche officielle - Aliose 2012-2013_WEBDans le cadre des Déambulatoires, une série de courtes interventions musicales permettant de découvrir des artistes émergents de la scène musicale! À 11h30 et 12h30 à l’Hôtel Le Germain Charlevoix, à 13h30 au Musée d’art contemporain et à 14h30 au Symposium.

Au-delà d’une extraordinaire complicité avec son public, le groupe suisse Aliose, c’est avant tout l’osmose rare entre la douceur aérienne d’Alizé Oswald et le talent poétique de Xavier Michel. Grâce à des textes soignés, sa sensibilité mélodique, et avant tout par l’authenticité qu’il dégage sur scène, ce duo a déjà remporté de nombreux prix en Suisse comme à l’étranger et a participé à bon nombre d’événements importants.

LES DÉAMBULATOIRES : COCO MÉLIÈS
Samedi 15 août à 14h30 au Symposium

Performance musicale présentée en collaboration avec l’Hôtel Le Germain Charlevoix

Coco MélièsDans le cadre des Déambulatoires, une série de courtes interventions musicales permettant de découvrir des artistes émergents de la scène musicale! À 10h40 et 12h30 à l’Hôtel Le Germain Charlevoix, à 13h30 au Musée d’art contemporain et à 14h30 au Symposium.

Coco Méliès fait son chemin à travers le clair-obscur de la musique émergente depuis un peu plus de deux ans. Le groupe nous propose la symbiose de deux univers, celui de David Méliès et de Francesca Como. Une musique intimiste, brute et douce dans laquelle les voix de l’un et de l’autre forment le cœur du projet. Tranquillement, ils ont peaufiné une musique qui leur est complètement unique. Trop indie pour s’appeler de la pop. Trop pop pour s’appeler du indie.

DianeLANDRY_morue_vooruit_1778-crédit-Marie-France-Thérien-200x200
Photo : Marie-France Thérien

LA MORUE
Performance de l’artiste Diane Landry
Vendredi 14 août à 16h30

Récipiendaire de la bourse de carrière Jean-Paul-Riopelle du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2014 et, plus récemment, de la prestigieuse bourse Guggenheim de la fondation américaine John Simon Guggenheim Memorial Foundation, Diane Landry est l’invitée du 33e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

Née en 1958 au Cap-de-la-Madeleine, Diane Landry a toujours un atelier à Québec, au Canada. Elle a d’abord étudié les sciences naturelles et travaillé dans le domaine de l’agriculture pendant cinq années. À l’âge de 25 ans, elle a pris une autre direction, estimant qu’il serait plus facile de changer le monde avec une carrière en arts plastiques. Landry détient un baccalauréat en arts plastiques de l’Université Laval à Québec (1987) et une maîtrise en arts plastiques de la Stanford University en Californie (2006).

Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Chine et en Australie où elle a également présenté son travail en performance. Landry a été artiste en résidence à New York, à Montréal, au Banff Centre (Alberta), à Buenos Aires (Argentine), à Marseille (France) et à Utica (New York). En 2009, le Musée d’art de Joliette, au Québec, a publié une monographie soulignant la première rétrospective de son œuvre : Les défibrillateurs. Sa première rétrospective aux États-Unis, The Cadence of All Things, a été présentée au Cameron Art Museum à Wilmington (Caroline du Nord). Landry est représentée par la Galerie Michel Guimont (Québec) et la Carl Solway Gallery (Cincinnati, Ohio).

« Parmi les clous de la soirée, il fallait voir la valse de scratch visuel de Diane Landry. À partir de deux tables tournantes sur les plateaux desquelles elle dépose des objets domestiques éclairés latéralement, des ombres portées ondoyantes se déforment à l’écran de cinéma de photogrammes cinétiques. “Mixant” ces ombres à la manière d’un DJ, Landry opérait dos à l’assistance, composant des tableaux en remplaçant constamment les objets. Ici, les références tant à la photographie qu’à la culture du tourne-disque supportaient, froissements sonores du grattage de l’aiguille inclus, une performance uniquement essoufflée par les limites formelles des projections obtenues. Une belle idée. »

Bernard Lamarche, « Place à la performance » (extrait), Le Devoir, Montréal, 15 juillet 1997.

http://dianelandry.com/la-morue/