Ann Karine Bourdeau Leduc

Née à Pointe-Claire (Québec)

Vit et travaille à Montréal (Québec)

Bio

Ann Karine Bourdeau Leduc détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’UQAM (2016). Lauréate du prix Albert-Dumouchel pour la relève artistique en 2015, elle a effectué des résidences de création au Bolìt Centre d’Art Contemporani de Girona (Catalogne), à Sagamie (Alma, Québec) et à Imago (Moncton, Nouveau-Brunswick). Elle a présenté sa première exposition individuelle, Structures temporaires : Unfinished wall work, à Engramme (Québec) en avril 2018.

Démarche

Les installations ’Ann Karine Bourdeau Leduc représentent des espaces et des éléments architecturaux qui s’inspirent du postmodernisme par la juxtaposition et le collage de références architecturales. Elle aborde cet angle de recherche par le mélange de références anciennes et modernes au sein d’une même œuvre. Convoquant des matériaux et des techniques issus des domaines de la construction et de la rénovation, ses assemblages composites et incongrus proposent un entremêlement de revêtements intérieurs et extérieurs. Ces constructions représentent des espaces architecturaux incomplets, composés de matériaux manufacturés, tels que le bois et le gypse, et de textures imprimées sur papier. L’artiste déjoue les codes du bâtiment par la précarité des charpentes et le caractère incongru de ses compositions architecturales.

Pièces Composantes, 2016, Matériaux mixtes

Photo: courtoisie de l’artiste

Projet

C’est sous la forme d’un laboratoire que l’artiste souhaite développer le projet Il faut bâtir avec les roches que l’on a. Son installation in situ regroupe des dessins et des constructions d’éléments architecturaux réalisés en gypse. Elle souhaite s’inspirer des revêtements de bardeaux, des toits mansardés, des chambranles, des jeux de briques qui entourent les fenêtres, entre autres, pour réaliser son projet. Celui-ci se veut une construction éphémère qui se laisse guider par le lieu. À travers ses dessins, on découvre un aspect incongru par la juxtaposition de références architecturales, par les points de fuite multiples, une quasi-absence de perspective et des échelles incohérentes. Rien n’est alors fonctionnel au sens propre de l’architecture, l’artiste proposant plutôt une vision archétypale de l’architecture.

Site web de l’artiste