Jean Brillant

Né à Rimouski (Québec).   Vit et travaille à Montréal (Québec).

 

BIO

La famille de ce sculpteur s’installe dans le sud de la France où Brillant découvre la taille de la pierre du Vaucluse. Cela le conduira à l’école des Beaux-Arts d’Aix-en-Provence, puis aux Beaux Arts de Dijon avant d’intégrer l’UQAM à son retour au Canada. Depuis 1994, Brillant réalise des sculptures d’extérieur, notamment au Parc de Sculptures Al-Maaden en 2012 où il installe un impressionnant diptyque.

DÉMARCHE

Il y a, au cœur de la démarche de Brillant, ce tissage entre nature et culture. L’artiste utilise des matières comme l’acier et la pierre qu’il transforme afin de souligner leur résilience, mais aussi de présenter des objets marqués par l’histoire, qui se retrouvent en circulation dans nos sociétés. Ses sculptures préconisent une expérience concrète où la nature, l’œuvre et le spectateur construisent conjointement le vocabulaire et le sens de cette frontière hybride entre nature et culture.

Au Symposium, le travail de Brillant trouvera un écho plus large et soulignera les enjeux politiques contemporains liés à la nature. Les politiciens utilisent ces préoccupations, mais à des fins électoralistes. Devant le cynisme ambiant de la classe politique, Brillant souhaiterait mettre l’accent sur l’importance et l’engagement de chacun dans la société et, conséquemment, dans l’œuvre d’art même.

PROJET
Ce projet consiste à créer un corpus de petites et moyennes pièces qui seront ensuite installées dans une structure immersive rappelant les rayons d’une bibliothèque. Chacune de ces sculptures propose une réflexion sur le politique. Ainsi, jeux de pouvoir, partage des richesses, mouvements de population, problématiques de genre, entre autres, seront articulés dans des assemblages constitués de matériaux bruts et d’objets façonnés par l’histoire.

De tels jeux de matières et de provenances auront pour effet de positionner et mettre en opposition des économies différentes en plus de proposer des possibilités d’interactions entre elles. L’objectif de l’artiste est de créer un dialogue entre la société québécoise et canadienne et le reste du monde en plus de souligner certains échanges, points de discorde et réglementations qui relèvent de la sphère publique et qui détiennent une pertinence politique. L’artiste proposera au spectateur de considérer les sphères sociales et politiques, autant d’occasions d’accéder au savoir.

 

 

Porter la nature, 2016,acier et pierres des champs, Photos Nathalie Ermont