Thème du 35e Symposium

Passés au présent. 

35e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul
28 juillet au 27 août 2017

L’été 2017 accueillera la 35e édition du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, lancé en 1982 par Françoise Labbé en tant que Symposium international de la jeune peinture du Canada.

À cette occasion, l’édition 2017 se tournera vers la question de l’histoire, en mettant en avant les multiples manières élaborées par les artistes pour prendre en compte la construction historique. Avec le déclin du modèle des avant-gardes, les artistes ne s’inscrivent plus dans la poursuite des progrès de l’histoire, mais puisent plutôt largement dans ses ressources, ainsi que dans celles des objets, des faits, des idées et des modèles du passé.

 

Notre époque est d’ailleurs marquée par une perte de confiance en la perspective historique, voire par un désenchantement face à l’avenir même de l’humanité. Alors que durant les années 1980, l’émergence de la technologie et des outils numériques associait ces nouveaux moyens à l’avenir de la société, leur utilisation toujours plus répandue aujourd’hui réduit cette promesse à une expérience de l’instant et à une accélération effrénée de la succession des événements.

Dans ce contexte, l’art contemporain produit, performe et représente l’histoire autrement. Les artistes s’approprient le passé, le réinterprètent et le rejouent afin de réinventer nos manières de voir et d’envisager l’avenir de manière inédite.

Voici, parmi d’autres, des pistes d’exploration liées à ces questions :

  1. L’oubli et la mémoire
  2. Les inclus et les exclus de l’histoire
  3. Les micros récits historiques
  4. La mise en ruines
  5. Anachronismes, parachronismes et uchronies
  6. Le voyage dans le temps
  7. L’archéologie du futur
  8. L’idée de progrès
  9. L’utopie
  10. Ou tout autre proposition artistique explorant la construction historique ou tournée vers l’avenir.

Le Symposium international d’art contemporain est un événement réalisé par le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

 
Portrait de Marie Perrault. Photo: Louis-Charles Dumais.

Marie Perrault, directrice artistique

Critique et commissaire, elle a réalisé plusieurs expositions d’art contemporain et signé de nombreux essais pour des revues spécialisées et des catalogues d’exposition, ainsi que des monographies portant sur Marie Côté, Jean-Pierre Morin, Pascal Dufaux, Isabelle Hayeur, Alan Storey et Anne Ramsden.

Elle s’intéresse aux pratiques singulières en lien avec des questions actuels de société, à l’impact anthropologique et sociologique de la technologie et aux enjeux soulevés par l’art public.

 

Portrait de Denys Premier. Photo: Paul Simon.

DenysTremblay, président d’honneur

Principal organisateur du Symposium international de sculpture environnementale de Chicoutimi en 1980, il se démarque par une performance d’une durée de 14 ans où il incarne l’Illustre Inconnu. Cette prestation lui a permis, notamment, d’enterrer définitivement l’histoire de l’art métropolitaine, toutefois réaffirmée lors de son exposition au Centre Pompidou à Paris, de sauver et d’intégrer la Maison Arthur-Villeneuve au Musée de la Pulperie et d’accéder à la royauté municipale en 1997.

Il fut ensuite connu comme Roi de l’Anse au Saguenay-Lac-Saint-Jean, poste duquel il a abdiqué en 2000. En 2009, Hervé Fischer lui consacre un livre abondamment illustré intitulé Un roi américain, publié chez VLB éditeur.

 

Sa pratique s’inscrit dans une saisie de l’Histoire afin de créer un récit personnel affectant tout de même le cours des évènements. Cet intérêt pour la construction historique a motivé son invitation à titre de président d’honneur.